Instrument rare : les Ondes Martenot. Elles sont parfois utilisées dans la musique de film.

Dans mon prochain post, je parlerai de la simulation des Ondes Martenot dans un séquenceur. En attendant, je consacre un petit article à cet instrument électronique :

Ondes Martenot

Il s’agit d’un oscillateur qui émet des ondes sonores très pures (genre sinusoïdales). Pour contrôler ce son et le transformer en quelque chose de musical, l’instrumentiste dispose d’un clavier qui se joue avec la main droite et d’un tiroir qui comporte une touche d’expression actionnée par la main gauche (pour changer les nuances, avoir un son sec ou un son doux etc…), ainsi que des curseurs et des molettes pour obtenir différents timbres.

Le résultat donne un son synthétique qui peut être très efficace si l’on veut créer des ambiances spéciales. Le fait de contrôler le son en direct tout en jouant les notes au clavier apporte un côté live et intuitif très intéressant. De nos jours, on retrouve cette analogie dans l’utilisation des machines (pleines de potentiomètres) sur les scènes de musique électro... A noter que les Ondes Martenot, existent depuis les années 30 (au passage merci à Maurice Martenot pour son invention).

Pour les auditeurs moyens comme nous, ce n’est pas tant l’utilisation du clavier qui nous est familière, mais plutôt cette sonorité bizarre en glissando que l’on obtient à l’aide d’un ruban et une petite bague. C’est un son étrange qui nous fait penser à une voix de fantôme et qui nous fait dire « ah mais je connais cet instrument, je l’ai entendu dans Mars Attacks de Danny Elfman l’autre jour » (ou dans The Day the Earth Stood Still de Bernard Herrmann pour les moins jeunes).

Effectivement :
(Mars Attacks / Danny Elfman)

C’est cette technique de jeu (vibrato et glissando) que j’essaierai de retranscrire dans un séquenceur au cours d’un prochain tutoriel.

En attendant, voici une vidéo de Thomas Bloch interprétant « Douce Nuit » aux Ondes Martenot (avec la bague et le ruban). Il est accompagné au piano par Jean-François Zygel.

Pour plus d’infos sur les Ondes Martenot ou les instruments rares, vous pouvez consulter le site très complet de Thomas Bloch.

7 réflexions sur “Instrument rare : les Ondes Martenot. Elles sont parfois utilisées dans la musique de film.”

  1. Il jouera demain (le 17 mai) au Théâtre du Châtelet à Paris, lors de la nuit de l’improvisation, autour de Jean-
    François Zygel.

  2. Bonjour,
    j’ai moi aussi cru dès la sortie du film Mars Attack, que Danny Elfmann avait utiliser de réelles Ondes Martenot. Une écoute attentive et une pratique de l’instrument permettent de détecter qu’il ne s’agit que d’une "belle" imitation (ce qui n’ôte rien à la qualité musicale mais me fait râler car celà aurait fait plus années 50 et aurait permis de remettre sur scène ce fantastique instrument, ayant personnellement restauré depuis ces 10 dernières années quelques unes des seules Ondes restant jouées en France.
    Par exemple le tout premier glissendo de l’extrait que tu as collé, n’a pas pu être réalisé au ruban:
    physiquement impossible: l’inertie de la main fait que l’on ne peut avoir une reprise aussi parfaite du vibrato sans un overshoot (léger dépassement en hauteur) apres un déplacement comme celui ci ( env 13 1/2 tons).
    De plus, à d’autres passages la fréquence du vibrato et sa profondeur sont quasi constantes, comme celles des presets d’un synthé, ce qui n’est jamais le cas aux ondes sauf si l’instrumentiste est un humanoïde de type Nexus 7 (dont les performances mécaniques sont connues depuis leur prestations dans Blade Runner)

    Il me semble que c’est Cynthia Miller au synthé.

    Autre supériorité des Ondes vs synthés même analogiques, ce sont les résonnances parfaitement naturelles qui enrichissent le son d’une manière inimitable grâce aux diffuseurs (résonnateurs à ressorts, cordes / gong métallique excités électriquement) qui n’ont jamais à ce jour été reproduits par synthèse…
    Fellicitations pour ta BO pour le court "lost horizon" belle réalisation avec le peu de moyen que tu évoques.

    Si besoin j’ai actuellement encore pour quelques semaines un instrument à la maison pour illustrer mes propos ou pour un Recording de la partie Ondes de ces compositions qui seraient très certainement enrichies (et pour supprimer les "escaliers" que l’on percoit dans la hauteur du son lors des glissendi.

    Un vrai exemple de Musique utilisant les Ondes est la BO de Mad Max ( The Thunderdome) où il s’agit de Jeanne Loriot (belle soeur de O.Messiaen) aux Ondes.
    Elle a été mon prof au CNR de St Maur vers 1979..

    Cordialement
    Fred

  3. Je soupçonne fortement Danny Elfman d’être un Nexus 7…
    Non sérieux, merci Fred pour toutes ces précisions. C’est fou comme il faut parfois connaître un instrument sur le bout des doigts pour pouvoir distinguer le vrai du faux.
    Pour Lost Horizon, sincèrement merci pour la proposition, mais d’une part, je n’ai plus la session cubase, et d’autre part, quitte à avoir de vraies ondes Martenot, j’aimerais que ce soit pour accompagner un orchestre réel. En tous cas, merci 🙂

  4. Bonjour

    Votre site est une merveille !
    Passionné de poésie et de belles symphonies, je suis, entre autre, fou de la musique de Hans Zimmer qui me laisse si rêveur !

    Je prends un tel plaisir à vous lire, que si vous pouviez me faire connaître toutes ces belles musiques, ô combien vous en avez le secret, j’en serai heureux et enchanté.

    Merci de partager votre passion ici !

    Amicalement

    Maxalexis

Les commentaires sont fermés.

Retour haut de page